Déclaration concernant le 5ème anniversaire de l’annexion illégale de la Crimée [uk]

Cinq ans après l’annexion illégale de la République autonome de la Crimée et de Sébastopol par la Fédération de Russie, la France reste fermement attachée au plein rétablissement de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues. La France ne reconnaît ni ne reconnaîtra l’annexion illégale de la Crimée : la remise en cause par la force des frontières est contraire au droit international, ainsi qu’aux engagements souscrits par la Fédération de Russie.

La France demeure préoccupée par la militarisation croissante de la péninsule par la Russie, ainsi que par les tensions dans le détroit de Kertch et en Mer d’Azov : le grave incident naval survenu le 25 novembre 2018 est une conséquence directe de l’annexion illégale de la Crimée. La France rappelle son attachement à la liberté de navigation en mer d’Azov et au droit de passage dans le détroit de Kertch, conformément au droit international. La France continuera d’appeler à la libération immédiate et inconditionnelle des vingt-quatre marins ukrainiens détenus par la Russie.

La France déplore la détérioration de la situation des droits de l’Homme dans la péninsule, affectant notamment les Tatars de Crimée. Elle condamne toutes les discriminations sur la base de l’appartenance à une communauté ethnique ou religieuse, et en appelle à la libération de toutes les personnes détenues en violation du droit international. La France appelle enfin à la préservation et à la protection du patrimoine historique et culturel de Crimée.

publié le 19/03/2019

haut de la page